Matéo Du Bus de Warnaffe a écrit une nouvelle pendant un sprint d’écriture avec Rabiaa, il nous la partage ici

 

 

Landing Craft Infantery

(Barge de transport de troupes militaires)

 

L’embrun fouette le visage de Ryan. Le Landing Craft Infantery (LCI) N°49563 tangue,
poussé par les vagues et secoué par le vent. A l’intérieur, 153 jeunes hommes de la
6°division d’infanterie du général Patton scrutent l’horizon noir, se dessinant devant eux. Le
LCI avance lentement. Seul le ronronnement des moteurs vient perturber le silence de mort
qui règne. Le calme avant la tempête. Ces hommes, tous vêtus d’uniformes kaki et de
casques en acier, ne portent pas de noms. Ils ont des matricules. Celui de Rayan est le
232631. Ces hommes ne portent pas de noms mais des fusils. On les a formés à tirer, à tuer.
La seule chose qui les raccroche au monde des vivants est la chaine qu’ils portent autour du
poignet, indiquant, pour chacun, le jour de sa naissance et le nom de son père. Ryan ne le
sait pas encore mais bientôt son matricule s’ajoutera aux 66 millions de morts de la guerre.
Un fracas retentit soudain. La barge a heurté le rivage. Les premiers tirs résonnent.
Ryan est tiré de ses pensées par les cris du lieutenant : « Courez, courez ! Et jetez-vous à
terre ! Allez, all… » Le lieutenant n’a pas eu le temps de finir sa phrase qu’une balle de 352
Magnum perfora sa veste. Il vacille quelques secondes avant de s’effondrer sur un hérisson.
Poussé par un mouvement de panique, Ryan est propulsé à la mer. Il nage puis court. Ses
camarades tombent autour de lui, tels des dominos.
Il se refugie dans un cratère, cherchant un abri. Soudain, il aperçoit un Tobrouk (abri
en béton) à une dizaine de mètres plus loin. Il scrute les alentours, puis s’élance. Il trébuche
sur un corps et heurte le sol. Sonné, il lève la tête et entrevoit, dans le bunker devant lui, la
gueule de la mitrailleuse allemande qui crache ses flammes et arrose la plage de ses
projectiles meurtriers. Le visage du soldat l’utilisant n’est pas animé de haine mais de peur.
Lui aussi se bat pour sa survie.
Ryan se relève et court. Soudain, le sol s’enfonce sous son pied. Un déclic
caractéristique retentit.
Le panneau devant lui indique : « ACHTUNG MINEN 1  ».

1. « ATTENTION MINES » en allemand.

Catégories : Le Blog de Scholae

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *